Débuter avec le FPV Débuter avec le FPV
S’il est désormais courant de faire voler son drone à des centaines de mètres du sol, il devient presque impossible sans matériel de transmission... Débuter avec le FPV

S’il est désormais courant de faire voler son drone à des centaines de mètres du sol, il devient presque impossible sans matériel de transmission vidéo de piloter quelques modèles à vue.

Le vol « FPV » (First Person View, pilotage en immersion ou vue à la première personne) a révolutionné le pilotage dans le domaine de l’aero-modélisme : piloter son multirotor équipé d'une caméra avec plus de liberté et de précisions, sur des distances plus longues tout en profitant d’un retour vidéo qui offre une immersion totale dans le décor.

Nous allons aujourd’hui nous intéresser à ce mode de pilotage qui séduit de plus en plus les pilotes.

Le FPV est-il fait pour vous ?

En ce moment le FPV est très à la mode. Les constructeurs proposent de plus en plus ce système aux nouveaux acquéreurs, mais conviendra-t-il pour autant à tous les pilotes ?

Le FPV s’avère extrêmement utile pour les photographes, les vidéastes et bien entendu les “racers”. Fini les mauvaises surprises au montage, ce système permet de cadrer et composer l’image en temps réel sans perdre de temps à essayer de deviner le bon cadrage. Ceci est doublement avantageux pour les professionnels de l’image car, outre l’assurance d’une image de grande qualité, le vidéaste ne se retrouve plus avec des heures de rushes à devoir passer au crible pour sélectionner la ou les bonnes séquences.

Pour les non professionnels, le choix du FPV est surtout orienté pour la sensation « atypique » que procure de voler à vue et d’être dans la peau d’un pilote d’avion, d’autant plus si l’on utilise des lunettes FPV.

Les systèmes actuels proposent en effet des lunettes légères capables de retranscrire une expérience de vol immersive.

Aujourd’hui, des championnats de « Drone Racing » sont même programmés un peu partout dans le monde et offrent aux participants des courses immersives dignes des jeux de courses futuristes.

Voici une vidéo de la première cession Drone Racing au Miami Dolphin Stadium :

En France, la mairie de Paris s’y est également mise en organisant une course de drone à Paris sur les Champs-Elysées !

Cadre légal du FPV:

Outre le respect du cadre légal des vols de drone, la législation en France exige une puissance d’émission maximale de 25 mW dans la fréquence des 5.8 GHz et de 10 mW dans la fréquence 2.4 GHz pour pouvoir voler en FPV.

La loi obligeant de voler à vue en France, vous devrez être accompagné d’une deuxième personne lors de votre vol qui elle gardera le drone en vue tout en ayant accès à une radioccomande pour prendre le contrôle en cas d’incident.

Ecran ou lunettes ?

Pourquoi commencer par un écran alors qu’on a la possibilité d’avoir une expérience immersive totale avec les lunettes FPV ?

retour-video-sur-ecran

Retour video sur écran

Certes, débuter avec des lunettes est bien tentant, mais en l’absence d’expérience de pilotage, il sera très facile de perdre l’orientation en vol, et donc risquer de crasher l’appareil. Beaucoup de pilotes amateurs enlèvent en effet leurs lunettes pour essayer de repérer le drone, ou regardent dans tous les sens pour essayer de se repérer, alors que la caméra ne reconnaît pas « encore » les mouvements de la tête (cas des casques de réalité virtuelle).​

Quand le pilote n’a aucune expérience en FPV, il est conseillé de débuter avec un écran. Cela permet dans un premier temps de visualiser le quadricoptère, de se familiariser avec le FPV, et de retrouver le drone sans perte d’orientation. Par la suite, l’on pourra se procurer une paire de lunettes vidéo et passer ainsi aux expériences immersives.​

La plupart des écrans de retour peuvent de nos jours se fixer sur la télécommande du multirotor (comme chez DJI ou 3DR par exemple) ou sont même déjà intégrés à la radiocommande (Skycontroller de Parrot, ST16 de Yuneec…). Les pros utilisent souvent des trépieds pendant les compétitions pour un meilleur contrôle de leur manette.​

Quelques conseils pour débuter en FPV

Voici quelques précautions à prendre pour éviter les risques d’accident en vol :

  • Bien tester son drone avant d’y intégrer un système FPV (s’il n’est pas intégré automatiquement à l’achat). Il faudra faire voler à vue son appareil une dizaine de fois au minimum afin d’acquérir de bons réflexes de pilotage.
  • Au moment du montage du système FPV, il faudra penser à éloigner l’Esc du moteur, le Tx/Rx vidéo, l’antenne GPS de l’OSD (On Screen Display) le plus loin possible pour éviter les interférences radio/vidéo. Aussi, on évitera d’utiliser la même fréquence pour la radio et pour la vidéo car le 2.4ghz radio n'est pas compatible avec le 2.4 vidéo.
  • Eviter de voler seul lors des premiers vols. Il est utile de se faire assister pour prévenir les accidents en vol surtout lors de coupures vidéo ou en cas de désorientation. La loi vous oblige de vous y tenir…
  • Réaliser des tests de portée avant d’effectuer le premier vol. On pensera par exemple à tester la radio et la vidéo séparément avant de les tester simultanément.
  • Attention à ne pas voler en zone urbaine pour ne pas déconcentrer les conducteurs ou, pire, causer des accidents ou des dégâts matériels.
  • Eviter également d’atterrir en mode FPV si l’on n’est pas certain de le réussir. Cela viendra avec l’expérience bien entendu, vous pouvez favoriser un atterrissage assisté via le mode retour à la maison (si dispo bien entendu).
  • Il est recommandé de consulter la météo locale, Aéroweb par exemple, plutôt que les prévisions de la télé car les conditions météorologiques, notamment la vitesse de vent, peuvent rapidement changer même en basse altitude.
  • Attention également à la perte d’autonomie. Les modèles équipés de FPV peuvent consommer plus d’énergie. Testez progressivement votre installation en volant a courte-moyenne distance au début.
  • Faire un repérage des lieux pour préparer votre vol. L’on peut utiliser par exemple des logiciels comme Google Earth ou Google Maps pour réaliser des mesures de distance ou encore repérer les éventuels obstacles.
  • Enfin, attention à ne pas voler trop bas (entre 5 et 10 mètres du sol). Etant donné que les ondes rebondissent sur le sol, il y a là un risque de perdre le retour vidéo. Aussi, il est possible de perdre le retour vidéo si l’on fait voler le drone derrière des immeubles ou des collines.

Quel prix pour voler en FPV ?

Pour passer au vol en immersion, le pilote peut lui-même monter le kit en achetant les pièces à l'unité. Vous pouvez commencer par vous procurer des petits moniteurs de 30 euros (de faible résolution), mais pour une véritable expérience immersive, les lunettes FPV peuvent coûter jusqu’à 500 euros.

Mes modèles préférés sont les Fatshark Dominator V3 et les Boscam GS922 FPV si vous êtes plus sérieux.

les-fatshark-dominator-v3

Les lunettes fatshark dominator v3

Pour éviter de se ruiner au début, mieux vaut voir du côté des drones équipés de système FPV (version préinstallée). Les quadricoptères qui intègrent ce système à la vente offrent généralement un très bon rapport qualité prix.

Quelques modèles FPV RTF disponibles :​

Et enfin le meilleur drone pour vous entrainer avant de vous lancer dans le FPV racing n’est autre que le Blade Nano QX, un mini drone EXCELLENT, parfait pour se faire la main et gagner en confiance !

le-blade-nano-qx

Le Blade Nano QX

Si vous recherchez de bons modèles RTF plus accès racing je recommande les modèles suivant:

Le ImmersionRC Vortex 285 FPV (Attention ca décoiffe ici !)

​Le Walkera Runner 250 RTF

Le must ici reste bien entendu les solutions dites DIY (Do It Yourself en Anglais) pour les bricoleurs mais ces drones FPV grand public devraient déjà vous offrir de bonnes sensations en vol.

Pour finir je souhaite partager ce super reportage sur le FPV racing :

Credits : Antoine Riviere/ Gameone

Articles Liés

Débuter avec le FPV
4.67 (93.33%) 3 votes